La naissance du Plan Rhône

Le Rhône et sa vallée occupent une place éminemment stratégique, tant au plan européen, que national ou local. Depuis de nombreuses années, les collectivités qui composent ces territoires se sont préoccupées d'apporter des réponses aux différentes problématiques rencontrées.

Avec le Plan Rhône, une étape nouvelle de l'aménagement du fleuve et de sa réappropriation par ses riverains est franchie, étape qui s'appuie sur la conciliation de la prévention des inondations avec le développement des activités, sur le respect et l'amélioration du cadre de vie des riverains et sur l'assurance d'un développement économique pérenne. Le fleuve devient ainsi le trait d'union entre ses habitants et ses territoires.

Le Thône

La naissance du Plan Rhône

Des épisodes déclencheurs

Aménagé depuis plusieurs siècles, pour la navigation puis pour la production hydroélectrique, le Rhône a vu sa vallée se métamorphoser avec des bouleversements profonds et durables. Ces aménagements, suivis d'une longue période sans crue, ont entretenu l'illusion d'un Rhône "domestiqué". Mais les crues majeures survenues en 1990 sur le Haut Rhône, en 1993 et 1994 en Camargue et en 2002 et 2003 sur le Rhône Aval, provoquant de lourdes conséquences humaines et matérielles avec des dégâts de l'ordre du milliard d'euros, ont réveillé la mémoire du risque inondation et accéléré la demande publique d'une politique globale de prévention des inondations.
Son élaboration et sa mise en œuvre ont été confiées au Préfet coordonnateur de bassin par arrêté du Premier Ministre du 21 janvier 2004.
 
Dans le même temps, lors des États généraux du Rhône conclus le 27 juin 2005 à Valence, les trois Conseils régionaux de Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon ont confirmé leur volonté de considérer la gestion du Rhône comme un projet interrégional d’envergure européenne, basé sur le principe de solidarité amont et aval, rive droite et rive gauche, et d'aller au-delà de la seule thématique des inondations pour s’inscrire dans une approche plus globale visant l’ensemble de la relation entre le fleuve, son territoire et ses habitants.