Favoriser la continuité écologique et le retour des poissons migrateurs

Rétablir les continuités écologiques est une ambition partagée. L’Europe et les bassins hydrographiques locaux intègrent à leurs politiques des objectifs de qualité des eaux et des milieux aquatiques déclinées dans les Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGESchéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux) Rhône Méditerranée et Corse, le Plan de Gestion des Poissons Migrateurs (PLAGEPOMIPlans de gestion des poissons migrateurs) ainsi que la trame verte et bleue. Les actions du volet QRBQualité des eaux, Ressources et Biodiversité s’intègrent dans ces démarches.

Les poissons migrateurs, une richesse écologique en situation critique

Les poissons migrateurs amphihalins effectuent une partie de leur cycle de vie en eau douce, et l’autre partie en eau salée.  Seules trois espèces migratrices amphihalines sont encore présentes dans le bassin Rhône Méditerranée et leur situation est préoccupante.

Si l’alose feinte du Rhône, espèce endémique et emblématique du bassin Rhône Méditerranée, est en voie de reconquête progressive suite aux actions des plans de gestion précédents, l’anguille européenne est en danger critique d’extinction. La lamproie marine, très rarement observée est également en voie d’extinction.

Les poissons migrateurs sont une richesse du Rhône 

Ils font partie du patrimoine piscicole et halieutique du bassin Rhône Méditerranée. Indicateurs de bonne qualité écologique des milieux, leur présence atteste du bon fonctionnement et du bon état des écosystèmes aquatiques. Enfin, ils présentent un intérêt économique en tant que ressource halieutique en particulier sur le littoral méditerranéen.

Anguilles
alose

> Les poissons migrateurs en image - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,45 Mb

 

Les aménagements du Rhône, de la Saône et des confluences contrarient la circulation des poissons et l’accès aux zones qui leur sont favorables 

Le Rhône est un lieu de passage stratégique pour les poissons migrateurs qui remontent  son cours pour atteindre les secteurs de qualité du fleuve et de ses affluents, propices à leur reproduction et leur croissance. Cette migration est aujourd’hui perturbée par les ouvrages transversaux sur le Rhône et les confluences : les barrages et seuils, qui constituent des obstacles difficilement franchissables par les poissons.

Ces mêmes ouvrages pèsent également sur les autres espèces (poissons non migrateurs), en contrariant l’accès à d’autres territoires, à des zones de frayères et à des zones refuges, notamment.

 

Des actions ayant abouti à des résultats concrets et satisfaisants

 

Des réalisations majeures engagées dans le cadre du volet QRB 2007-2014 ont permis de rendre plus de 150 km de fleuve et d’affluents plus accessibles aux poissons

Les confluences avec le Rhône ont été ré-ouvertes en intégrant une passe à poissons à Comps pour les Gardons, construite par la  Compagnie Nationale du Rhône (CNRCompagnie Nationale du Rhône).

Des ouvrages majeurs ont été aménagés sur le Rhône, à noter en particulier :

  • l’ouvrage de Sauveterre (construit à l’initiative de la CNRCompagnie Nationale du Rhône), sur le bras principal du Rhône vers Avignon ;
  • les passes à bassin de Rochemaure et Le Pouzin (sous la maîtrise d’ouvrage de CNRCompagnie Nationale du Rhône) pour rétablir la circulation piscicole toutes espèces en lien avec une petite centrale hydroélectrique PCH (lien vers lexique), et prévoyant un dispositif d’observation des passages de poissons ;
  • la rivière artificielle de Jons Nievroz (sous la maîtrise d’ouvrage d’EDFÉlectricité de France) ;
  • les éclusages spécifiques de l’écluse de l’usine de Bollène pour faciliter la migration des aloses et des anguilles ;
  • les « passes-pièges » de Beaucaire, Avignon et Caderousse, pour favoriser la migration des anguilles et leur comptage.

L’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse présente les enjeux de la continuité écologique et l’intérêt des aménagements dans un film : Redonnons libre cours à nos rivières !

Poursuivre le réaménagement des ouvrages bloquant la circulation des poissons

Pour favoriser la préservation des poissons migrateurs, la reconquête durable des axes de migration du Rhône, de la Saône et des confluences, et répondre aux objectifs de continuité écologique, le volet Qualité des eaux, Ressource et Biodiversité (QRBQualité des eaux, Ressources et Biodiversité) vise la réalisation des actions prioritaires définies par la règlementation et le plan de gestion des poissons migrateurs (PLAGEPOMIPlans de gestion des poissons migrateurs).

L’ambition :

  • Assurer la continuité écologique sur tous les tronçons prioritaires et dans le calendrier définis par la loi ;
  • Rouvrir 200 km de fleuve et d’accès aux affluents aux poissons migrateurs, conformément au PLAGEPOMIPlans de gestion des poissons migrateurs (de la mer jusqu’aux confluences avec la Galaure et la Cance, vers St Vallier).

Les actions consistent à :

  • améliorer le passage des poissons par les écluses ;
  • aménager des dispositifs de franchissement piscicole : passes à bassins, rivières artificielles, passes-pièges à anguilles, etc

D’ici 2020, doivent être mis en œuvre :

  • les aménagements de Vallabrègues, Donzère, Saut Brenaz sur le Rhône ;
  • les confluences du Rhône avec l’Isère, la Durance, l’Ouvèze.

En outre, la restauration des milieux aquatiques et l’amélioration de la dynamique sédimentaire contribuent à la qualité des habitats piscicoles et favorisent ainsi leur croissance et leur reproduction, leur résilience aux aléas, etc.

Pour en savoir plus :

> Les orientations d’action définies dans la Stratégie poissons migrateurs pour le Rhône élaborée en 2011 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,48 Mb

> Cycle biologique de l'anguille - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,61 Mb