Lutter contre la pollution du Rhône et de la Saône

La pollution par les substances dangereuses est la principale cause de dégradation de la qualité des eaux du Rhône. Agir pour diminuer les émissions et rejets de toxiques et de pesticides dans les eaux du Rhône et de son affluent, la Saône, demeure une priorité du volet Qualité des eaux, Ressource et Biodiversité.

Une ambition : réduire les polluants pour atteindre le bon état des eaux

Diminuer les émissions de substances dangereuses et de pesticides répond à des objectifs écologiques inscrits dans plusieurs réglementations et programmes.

C’est un prérequis pour atteindre le bon état chimique et écologique des eaux du Rhône (DCE). C’est également un objectif du Programme National de réduction des substances dangereuses (PNAR) qui prévoit une diminution des rejets de 10% à 100% en fonction des toxiques. Enfin, réduire la pollution du Rhône et de la Saône, c’est également réduire la quantité de toxiques et de pesticides rejetés en mer Méditerranée conformément à la directive stratégie pour le milieu marin.

Pour cela, le volet Qualité des eaux, Ressources et Biodiversité soutient les projets qui permettent : 

  • de réduire les principales sources industrielles et urbaines de substances toxiques
  • d’accompagner l’arrêt de l’utilisation des pesticides par les collectivités pour le désherbage des voiries et espaces verts (objectif national 2017) ;
  • de réduire les pollutions par les pesticides d’origine agricole, en particulier dans la Saône.

Cibler les principales émissions pour des résultats rapides

Les études sur la nature des pollutions et leurs origines (appelées aussi études de recherche de substances dangereuses pour l’environnement ou RSDE), menées lors du précédent Contrat de Projet Interrégional - Plan Rhône (CPIERContrat de Plan Interrégional Etat-Régions) entre 2010 et 2015  nous permettent aujourd’hui de connaître de façon précise la quantité et le type de substances toxiques présentes dans le Rhône et la Saône.

Cette connaissance donne ainsi aux partenaires du volet QRBQualité des eaux, Ressources et Biodiversité les informations nécessaires à l’élaboration d’une stratégie commune et efficace à l’échelle de l’axe, priorisant les efforts à porter vers les principales sources d’émission de polluants.

Trois grands axes d’intervention ont été identifiés :

 

  • Améliorer la qualité chimique de l’eau sur des secteurs ciblés du Rhône et de la Saône

Le programme de mesures du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGESchéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux)
identifie des secteurs déclassés au titre du Bon Etat des masses d’eau. Ils sont prioritaires.

Plateforme chimique - © G. POUSSARD

Plateforme chimique - © G. POUSSARD

Pour ces deux premiers axes, les projets éligibles pour des aides financières sont :

 - les études analysant les causes des pressions polluantes

 - les actions de lutte contre les pollutions :

  • industrielles : études technico-économique  et investissements visant à modifier les process pour réduire les rejets.
  • agricoles : investissements matériels, création de des plateformes phytosanitaires, projets en faveur des pratiques agricoles moins consommatrices de pesticides…
  • urbaines : opérations collectives auprès des activités industrielles ou artisanales générant des rejets dans les stations d’épuration des agglomérations déversant leurs eaux dans les eaux du Rhône et de la Saône (Mâcon, Chalon-Sur-Saône, Valence par exemple).
  • Réduire les flux issus des principaux émetteurs de substances dangereuses du linéaire Rhône-Saône pour contribuer aux objectifs nationaux de réduction des substances dangereuses dans les eaux 

La campagne de recherche des substances dangereuses pour l’environnement (RSDE) a permis d’identifier 40 industriels rejetant des polluants dans le fleuve. Associés au Plan Rhône, ils pourraient contribuer prioritairement à l’atteinte des objectifs nationaux. La stratégie ciblée définira les actions à mettre en œuvre prioritairement.

Un appel à projets de l’agence de l’eau répond également à cet objectif.

  • Réduire les flux de pesticides d’origine non agricole émis au sein des collectivités riveraines du Rhône et de la Saône

 

Végétation semée  ville ed Lyon / Bineuse sur rang de maïs

Végétation semée - trottoirs ville de Lyon / Bineuse sur rang de maïs

Les actions éligibles concernent :

  • des état des lieux ou études de plans de gestion alternatifs à l’usage des pesticides (plans de désherbage),
  • des actions d’animation, de sensibilisation et de communication auprès des utilisateurs et professionnels travaillant avec les collectivités,
  • des investissements matériels pour favoriser des solutions alternatives à l’usage des pesticides.

Pour en savoir plus :