Développer les actions de formation en faveur des métiers de la voie d'eau

L’évolution croissante du transport fluvial fait face à une difficulté marquée de renouveler les générations de navigants. 

Les enjeux de la formation

L’évolution croissante du transport fluvial fait face à une difficulté marquée de renouveler les générations de navigants. Une formation pour ouvrir le métier de navigant aux jeunes , mais aussi former à de nouveaux modes d’échange, de nouveaux types de bateaux, etc.

Le regain d'activité du transport fluvial rhodanien s’accompagne en effet d’une modernisation des matériels de navigation répondant à des demandes nouvelles de transports, des projets de construction de nouveaux bateaux, etc. Cette évolution du transport fluvial entraîne alors de nouveaux besoins en recrutement et de nouvelles exigences en matière de formation.

Par ailleurs, la profession de navigant est aujourd’hui confrontée à des difficultés de renouvellement de génération d’autant plus problématiques que des départs massifs en retraite sont prévus au cours des prochaines années. Ce problème national est encore plus marqué sur les territoires du grand Sud Est de la France et donc sur le couloir rhodanien. Le lycée professionnel des Catalins ouvert par la Région Rhône-Alpes à Montélimar assure désormais une formation dans ce domaine, et dispose d’un bateau école pour la formation des élèves (investissement soutenu par le Plan Rhône). Ceux-ci auront également accès au simulateur de navigation implanté au PLEH, et mis en service début 2016, pour parfaire la formation avec des exercices simulés sur certaines sections délicates du Rhône et de la Saône.

La formation : un enjeu clé pour le secteur fluvial

Pour des raisons de sécurité, il est également important de bien former les navigants aux conditions particulières de navigation sur le Rhône et la Saône . Le simulateur de navigation , soutenu dans le cadre de la précédente contractualisation, et mis en service début 2016 au Port Edouard Herriot, constitue un outil essentiel pour la formation des navigants 

  • pour les conducteurs débutants : mise en situation du passage sur des tronçons réputés délicats, gain de temps dans l’apprentissage des bons réflexes de conduite ;
  • pour les conducteurs confirmés : montée en compétences sur la conduite dans des situations difficiles et sur la conduite rationnelle ;
  • pour les entreprises : économie de temps par rapport à une conduite en double de plusieurs mois, amélioration des performances de la sécurité et baisse de l’accidentologie, gains de productivité (économie d’énergie, diminution des accidents, usure moins rapide du matériel), amélioration du service rendu aux clients, amélioration de l’image de la profession.

Des développements ultérieurs de cet outil (fonctionnalités complémentaires avec de nouveaux bateaux, la prise en compte d’équipements récents (AIS, etc.), de nouveaux paramètres de simulation est envisagée dans le cadre du CPIERContrat de Plan Interrégional Etat-Régions 2015-2020.

Plus en amont et pour bien favoriser le report modal sur l’axe fluvial , il est important celui-ci soit bien connu et pris en compte dans les formations délivrées dans le domaine de la logistique du transport. le CNAM de Bourgogne a mis en place une formation BAC+2 de « Transport et logistique fluviale » (ISNI Chalon). D’autres initiatives peuvent être soutenues dans ce domaine.