Présentation

Gérer la demande exponentielle de déplacements en équilibrant les modes de transports.

Transport fluvial

L’axe fluvial Rhône-Saône constitue une voie de communication importante pour les échanges commerciaux entre l’Europe et la Méditerranée. Le développement du transport fluvial sur l’axe est devenu une absolue nécessité compte tenu de la saturation des autres modes de transport (rail et route) sur le couloir rhodanien et des importantes réserves de capacité qu’offre le réseau fluvial pour accueillir du trafic commercial. Comparativement aux autres modes de transport, le transport fluvial dispose de nombreux atouts : performant pour le fret avec des convois poussés pouvant transporter jusqu'à 5000 tonnes, sûr (transport en site propre, faible accidentologie), économe en énergie (2 à 3 fois moins que la route), avec des performances environnementales en termes d’émission de gaz à effet de serre, de nuisances sonores ou de pollution des eaux. De plus il offre des possibilités de desserte en douceur du cœur des agglomérations sans gêne pour les riverains.

La précédente contractualisation mise en place dans le cadre du CPIERContrat de Plan Interrégional Etat-Régions 2007 – 2013 a porté sur la poursuite des efforts engagés avec comme objectif d'anticiper les fortes augmentations de trafic et permettre le transfert modal sur le fleuve afin de répondre à la demande croissante de déplacements dans la vallée du Rhône en assurant un meilleur équilibre et une complémentarité entre les différents modes de transports.

Le diagnostic posé dans le cadre de la contractualisation conduisait pour l'essentiel à améliorer l'offre de transport avec des actions réparties sur les six axes suivants :

  • le développement de la compétitivité de la profession , à travers : le soutien aux actions de formation et d’emploi, des aides à l’accroissement de la cale et à la création de lignes nouvelles, la réparation navale, et le soutien à des actions de recherche et d’innovation ;
  • la poursuite des études relatives au développement  (schémas portuaires, desserte du PLEH) et au désenclavement du bassin (préparation d'un débat public sur le projet Saône Moselle Saône Rhin) ;
  • la poursuite de l’aménagement et l’équipement des ports fluviaux , notamment dans leur composante intermodale ;
  • l’appui à la réalisation d’embranchements fluviaux,  afin de favoriser le report modal ;
  • la modernisation et le développement des infrastructures interfaces entre maritime et fluvial à Sète et à Fos ;
  • l’adaptation des infrastructures fluviales à l’accroissement du trafic : modernisation des ouvrages du Rhône et de la Saône, amélioration du canal du Rhône à Sète en vue d’en améliorer la capacité de transport commercial, mise en œuvre d'un système d'information fluviale à l’attention des usagers de la voie d’eau.

Dans la continuité des actions menées précédemment, la stratégie du CPIER 2015-2020 vise à favoriser le report modal en agissant sur différents leviers d'actions, et prioritairement le développement de nouveaux trafics et des actions d'accompagnement au niveau de l'offre de service. Elle vise également à renforcer la structuration et la mutualisation au niveau du bassin.

La maquette du CPIERContrat de Plan Interrégional Etat-Régions 2015-2020  se structure ainsi sur le volet transport fluvial :

Développer le trafic fluvial de marchandises : 20.1 M€

  • Promouvoir le transport fluvial de marchandises et développer l’offre multimodale des plateformes portuaires sur l’ensemble du bassin Rhône-Saône, notamment grâce à la structure Medlink Ports ;
  • Définir des stratégies de développement portuaire cohérentes, aider au report modal en développant les embranchements fluviaux, et soutenir l’innovation et la modernisation de la cale.

Développer les actions de formation en faveur des métiers de la voie d'eau : 1M€

  • Accroître la formation initiale et continue des navigants ;
  • Introduire et déployer le module de transport fluvial dans les formations initiales en DUT;
  • Améliorer la capacité d'accueil scolaire des enfants de bateliers.

Poursuivre et optimiser les opérations d'infrastructures fluviales : 148,3 M€

Afin de lever les freins à la croissance de la demande :

  • Poursuivre les travaux de modernisation du canal du Rhône à Sète ;
  • Réaliser des appontements pour le commerce ;
  • Aménager des interfaces fluviales pour la logistique urbaine ;
  • Réaliser des aménagements portuaires (plate formes, quais, outillage, entrepôts, ...)

Accompagner la croissance du trafic en améliorant les services : 11,89 M€

Moderniser le slipway d'Arles, étude d’opportunité et de définition d’un second site de réparation navale à haute performance environnementale sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée, permettant d’accueillir et de traiter de plus grands bateaux.

Poursuivre les actions de recherche et d'innovation autour du transport fluvial et de la pluri-modalité liée au fleuve : 1 M€

  • Motorisations propres des unités fluviales ;
  • Optimisation des cales fluviales et fluviomaritimes ;
  • Logistiques intermodales.

L’animation du volet transport fluvial est assurée par la Direction territoriale Rhône Saône de Voies Navigables de France

Voies Navigables de France

Direction Territoriale Rhône Saône-Rhône

2 rue de la Quarantaine – 69321 LYON CEDEX 05

Tel : 04 72 56 59 00

Contact : Direction du développement

Instruction des dossiers et subventions

Les porteurs de projet devront se rapprocher des différents cofinanceurs pour le montage de leur dossier et de leur plan de financement, et solliciter la Direction Territoriale Rhône Saône de Voies Navigables de France, animatrice du volet transport fluvial, en vue de l’instruction du dossier dans le cadre des Comité technique thématique interrégional (CTTI) avant sa programmation effective dans le cadre du Comité de Programmation (CPI) Plan Rhône. Les dossiers éligibles au POP FEDER sont instruits par la Région Auvergne-Rhône-Alpes en tant qu’autorité de gestion du POP FEDER .